Theodore Roszak Mohammed Taleb

 

Pour Theodore Roszak, sortir de la crise écologique ne signifie pas proposer une gestion plus efficace et plus rationnelle des « ressources de l’environnement ». Il s’agit d’affirmer la nécessité d’une rupture essentielle avec le fond même de la modernité, du capitalisme et du rationalisme.

L’un des mérites de Theodore Roszak est de rappeler que le capitalisme tire sa force de sa capacité à produire, à faire consommer, mais aussi à dévoyer, à manipuler les critiques qui lui sont faites. Afin d’éviter cette récupération, les mouvements contestataires qui défendent les idéaux de la paix, de l’écologie et de la justice sociale doivent puiser dans la longue mémoire des peuples, à la recherche des fragments d’histoire, des mythes, des images, des cultures, des expériences qui sont littéralement en rupture avec la modernité techno-industrielle, sa science et son esprit de calcul. Ces mouvements ne libéreront le futur que s’ils décolonisent le passé, en faisant de celui-ci une mémoire vivante.

Roszak s’intéresse ainsi, notamment, à William Blake, Goethe, les alchimistes, les néoplatoniciens, les poètes de toutes contrées. Pionnier de la « contre-culture » (c’est lui qui forgea l’expression), il approfondit sa pensée dans les années 1990, introduisant la notion d’écopsychologie. À la fois politique et spirituelle, thérapeutique et artistique, et foncièrement anticapitaliste, l’écopsychologie soutient que l’homo œconomicus est une caricature d’humanité, un humain mutilé car amputé des profondeurs de son être et de ce qui fait sa dignité : son imagination créatrice, son lien social, sa capacité à symboliser, sa conscience visionnaire.

Les auteurs réunis dans cette collection constituent les racines de la pensée politique de la décroissance. L’apport de Roszak à cette pensée est présenté ici par Mohammed Taleb ; la seconde partie de l’ouvrage est composée d’extraits qui offrent un accès direct à son œuvre.

 

Ce livre peut être commandé en envoyant un mail à l'adresse électronique suivante :

 

lesingulieruniversel@yahoo.fr

 

Le prix de l'ouvage est de 12 euros (frais de port compris) pour la France métropolitaine,

 

et de 15 euros  (frais de port compris) pour l'Union européenne (17 frcs pour la Suisse).